traquer les faux CV

TRAQUER LES FAUX CV

un nouveau moyen de vérifier les diplômes sur un CV : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-verifdiploma-nouvelle-arme-pour-traquer-les-cv-embellis-23238-page-1.html

Verifdiploma, nouvelle arme pour traquer les CV embellis

Edition du 21/06/2007 – par Claire Padych

Certains recruteurs en rêvaient, Verifdiploma l’a réalisé : la nouvelle version de son service de recrutement est opérationnelle. Elle offre, entre autres fonctionnalités, la possibilité de vérifier les dires des candidats, à savoir qu’ils détiennent bien le diplôme qu’ils affirment avoir.
La SA Diploma est née en 2000 et a ouvert son service en 2002. « Verifdiploma permet d’intégrer de façon systématique la vérification des diplômes dans votre process de sélection des candidats », peut-on lire sur le site. Le service dit donner accès à une information exacte souvent difficile à obtenir et protéger l’entreprise d’éventuels conflits avec un collaborateur que la jurisprudence protège. « En effet, celle-ci impose à l’employeur, s’il en a les moyens, de vérifier les informations fournies par le candidat avant son embauche ». Moyennant un abonnement au service, une entreprise peut savoir si le candidat figure parmi les « 1 998 438 diplômés » répertoriés, ou s’il appartient bien aux 336 650 personnes certifiées en TOEIC (avec notification du score obtenu).

Le système a ses limites, notamment dans le domaine informatique. Les jeunes diplômés, par exemple, sont de plus en plus « pré-embauchés » lors du stage de dernière année, alors qu’ils sont encore dans leur école. Ils font leur choix par le biais des offres arrivées dans leur établissement. Il en est de même pour les ingénieurs en poste, « chassés » par des cabinets pour le compte de grandes sociétés de services dans un marché que l’on dit en pénurie.
Enfin, la plupart des recrutements passent par différentes étapes, une fois le CV validé par le service RH : des experts techniques interroge le candidat, des tests technologiques peuvent être demandés et il paraîtrait aberrant de se proclamer expert d’une technologie que l’on ne maîtrise pas. Quant à la pratique d’une ou de plusieurs langues étrangères, un simple entretien dans la langue de Shakespeare ou de Lao-Tseu permet, aux plus suspicieux, de se faire une idée du potentiel du candidat.

Jusqu’où peut-on et doit-on vérifier les informations données par un candidat ?

« Protection supplémentaire des titres remis à leurs diplômés : c’est un moyen de mettre en valeur leurs diplômes, devant le nombre croissant de candidats qui s’affirment en possession d’un diplôme qu’ils n’ont pas (35 % d’après une étude du cabinet Florian Mantione de juin 2000) », indique Verifdiploma.
Présentée ainsi, la méthode pourrait donc être légitime, même s’il n’existe pas de statistiques pour déterminer le nombre de CV truqués ni la graduation de « mensonges », chaque cabinet possédant ses propres chiffres… et ses propres méthodes de vérification.
On pourrait aussi rapprocher la démarche du système des concours dans la Fonction publique qui exige, pour tout candidat, le dépôt d’un dossier complet avec photocopies des diplômes (autrefois certifiées conformes) et un extrait du casier judiciaire.
Mais c’est sur cette comparaison avec le public qu’il faut montrer les limites du système : une personne recrutée dans le privé n’est pas fonctionnaire. Elle n’a ni les mêmes droits, ni les mêmes devoirs, ni le même employeur. De plus, de nombreux recruteurs ont aujourd’hui affiné leurs méthodes pour déceler les péchés mortels ou véniels dans un CV et par ailleurs, si les mots-clés dans une candidature ne sont pas conformes, le progiciel la rejette automatiquement.
Enfin, un travail de simple vérification ou de police (selon l’interprétation faite par les uns ou les autres) pose le problème de la confidentialité des données qui concerne chaque personne, candidate à un poste, ou non. Cette notion de préservation des données confidentielles doit être normée afin de ne pas être liberticide en ouvrant le champ à d’autres vérifications et qui pourraient concerner la vie privée, les éventuelles condamnations pénales ou la santé.

Un problème de transparence vis-à-vis des candidats ?

La loi est stricte, selon le code du travail, articles L 121-6 à L 121-8, tout recruteur a obligation d’informer le candidat qu’il aura recours à des vérifications s’il veut les faire.
La Cnil reprend cette recommandation (21 mars 2002) : « La collecte de références auprès de l’environnement professionnel du candidat (supérieurs hiérarchiques, collègues, maîtres de stages, clients fournisseurs …) n’est pas contraire aux dispositions de l’article 25 de la loi du 6 janvier 1978 dès lors qu’elle n’est pas faite à l’insu du candidat. En revanche, la collecte du nom et de l’adresse de références personnelles aux fins de diligenter une enquête dite « de moralité » serait excessive et contraire à la loi. »
Enfin, on peut se poser la question de l’accord des diplômés sur la transmission de leur diplôme et sur la nature de cette transmission : fac-similé ou recherche à partir d’une publication au Journal Officiel ? Et que les universités ou écoles qui transmettent ces informations perçoivent-elles ?

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.